Les techniques du vitrail (3)

 

 

II. La peinture du vitrail

Il convient de distinguer la pièce découpée dans une feuille de verre coloré dans la masse de la pièce de   verre peinte a posteriori.

L'assemblage d'éléments de verre coloré dans la masse pendant sa fabrication suffira à la réalisation de verrière à motifs géométriques : chaînons, entrelacs,verrières cisterciennes, etc.

Certains décors laisseraient croire à une solution applicable dans tous les cas. Il se trouve au contraire qu'il est indispensable de parfaire les détails du sujet sur chacune des pièces. Le peintre-verrier doit alors exercer son art de peintre et   exploiter deux types de techniques impliquant l'emploi de couleurs à froid et de couleurs à chaud.

 

La couleur à froid se fixe à l'aide d'un corps gras et d'un vernis. Elle ne sert qu'aux retouches et aux restaurations. Considérée comme un expédient destiné à réparer un oubli ou à rehausser une peinture pâlie, elle est étrangère au vitrail médiéval.

La couleur à chaud , comme son nom l'indique, n'adhère à son support - la pièce de verre - qu'après cuisson. C'est une couleur vitrifiable , comme l'est la matière de la pièce à peindre. On ajoute à cet effet un fondant à son colorant.

Le colorant à base d'oxydes métalliques ou pigments, se présente comme une pâte fine et légère additionnée de vinaigre ou d'urine ou de produits tenus secrets.

Les pièces à peindre sont recouvertes du mélange étalé à froid. Elles sont séchées si nécessaire, et plongées dans le four de cuisson , aujourd'hui dans un four électrique à céramique et à plateaux.

Au XIXe siècle, après le simple terme de couleur ou peinture utilisé au Moyen-âge, est apparu le terme de "grisaille" pour désigner cette matière vitrifiable   aux variations colorées d'une grande richesse : grisaille brune, rousse, rouge, bleutée, sanguine, grisaille claire, grisaille réchauffée, etc.

À partir du XIVe siècle, s'ajoute une matière dite    "teignante". Il s'agit d'une couleur n'exigeant pas de fondant, mais d'un véhicule de pénétration dans la surface du verre, le cément d'argent, de cuivre ou de platine. Le "jaune d'argent" est la couleur de cémentation la plus courante. Il s'applique au revers de la pièce de verre, car il attaquerait les couleurs de la face.